Six prédictions relatives à l’avenir de l’infrastructure Cloud

Publié le 5 mars 2015 à 12:11 par Satish Hemachandran dans: Cloud

L’avenir du Cloud est brillant, mais, cette année, la performance du Cloud deviendra un facteur crucial. Les organisations auront pour défi de créer le meilleur environnement Cloud possible qui respecte les exigences de la charge de traitement et qui offre une performance optimale.

Voici six prédictions relatives à l’avenir de l’infrastructure Cloud pour l’année 2015.

1. La latence du réseau Cloud sera mise à l’honneur

Comme mon collègue Mike Palladino l’a évoqué dans son récent billet, le fait de disposer des caractéristiques optimales en puissance de calcul et en stockage n’assure pas la meilleure performance possible du Cloud. La performance de votre réseau peut être tout aussi importante, parfois même davantage, que la qualité de votre infrastructure Internet.

Cette année, Internap a constaté que les réseaux transmettent les données sur le chemin le plus optimal dans seulement 15 pour cent des cas, ce qui représente un problème majeur pour les entreprises qui hébergent leurs plus importantes applications dans le Cloud et qui doivent assurer un accès à haute vitesse. Je prévois que l’année 2015 sera l’année où plus d’entreprises ayant investi massivement dans les infrastructures Internet réfléchiront à la façon d’améliorer leur réseau afin d’assurer la meilleure performance possible.

2. L’infrastructure hybride dépassera les solutions sur site

Le terme « hybride » se limitait traditionnellement aux infrastructures Cloud publique et privée. En 2015 et à l’avenir, nous verrons la définition du terme « hybride » s’élargir, alors que les entreprises, préoccupées par le fait d’offrir les meilleurs niveaux de performance, de sécurité, de contrôle et de rentabilité possible, mettent en œuvre des approches plus globales en matière d’infrastructure hybride.

Il y a quelques années, les seules personnes qui tenaient à atteindre les plus hauts niveaux de performance possible étaient peut-être des courtiers à grand volume ou des scientifiques qui utilisaient des réseaux de R&E à haute capacité. Aujourd’hui, les applications sensibles à la performance deviennent des enjeux importants pour les industries. Pour les commerces électroniques ou les entreprises de technologies publicitaires ou d’analyse mobile, la fiabilité, l’extensibilité et la performance de l’infrastructure Internet ne sont pas seulement des éléments cruciaux des activités, c’est ce qu’ils doivent livrer.

Procurez-vous le livre blanc : Déchiffrer l’infrastructure hybride

Les Clouds publics et privés utilisés seuls ne sont pas un choix optimal pour les clients qui désirent étendre leurs applications à moindres frais et offrir une expérience utilisateur parfaite à leurs clients finaux, et ce, sur n’importe quel appareil, n’importe où et en tout temps. C’est un aspect qui favorise la croissance des environnements en matière d’infrastructure hybride. En 2015, attendez-vous à ce que plus d’entreprises conçoivent le rôle du Cloud virtuel comme une composante de leurs infrastructures de TI. Attendez-vous également à ce qu’elles offrent des services sans système d’exploitation et plus personnalisés, tels que l’hébergement géré et la colocation, et ce, afin de mieux convenir à leurs applications particulières et à leurs cas d’utilisation.

3. L’adoption de l’infrastructure sans système d’exploitation (vierge) deviendra un élément central des charges de traitement stables et variables pour les industries sensibles à la performance

Les entreprises faisant partie des industries qui comptent sur les applications de traitement rapide de données sensibles à la performance intégreront de plus en plus l’infrastructure vierge aux diverses composantes de leurs infrastructures de TI, et se doteront ainsi de la flexibilité du Cloud public virtuel et de la performance des serveurs dédiés. À mesure que les clients deviendront plus habiles à exécuter leurs charges de traitement stables sur leur infrastructure vierge, nous nous attendons à voir les entreprises bénéficier de plus en plus des configurations vierges pour soutenir leurs charges de traitement variables et sensibles à la performance.

En 2012, nous étions un des premiers hébergeurs à mettre sur le marché nos solutions en matière d’infrastructure vierge. Au cours de la dernière année, nous avons vu plusieurs autres fournisseurs s’orienter vers l’espace vierge. Les entreprises cherchent des solutions de rechange au Cloud public qui sont tout aussi flexibles et sur demande, mais qui offrent une meilleure performance. Les entreprises ont commencé à adopter de façon généralisée l’infrastructure vierge, laquelle émerge dans l’industrie des technologies publicitaires. En 2015 et à l’avenir, nous nous attendons à voir d’autres entreprises adopter ce type d’infrastructure dans les industries telles que les jeux en ligne, les services financiers, les soins de santé et le commerce électronique.

4. Il faut se rendre à l’évidence : Cloud public ne signifie pas toujours virtualisation

La définition de l’Institut national des normes et de la technologie (NIST) du Cloud computing inclut le libre-service, les ressources à la demande et une extensibilité en accéléré, entre autres critères. Même si la virtualisation ne fait pas partie de cette définition, il existe encore une idée aussi fausse que répandue qui est inextricablement liée aux services du Cloud public. Selon un récent sondage Internap de 250 décisionnaires en matière d’infrastructure Internet, 66 % des répondants ont nommé la virtualisation comme une caractéristique déterminante du Cloud public.

En raison de la popularité accrue de l’infrastructure vierge, qui peut offrir la souplesse du Cloud sans utiliser un hyperviseur ou un environnement multiutilisateur, il devient de plus en plus évident que la virtualisation n’est pas nécessaire au Cloud computing. En 2015 et à l’avenir, l’idée suivante continuera à se répandre : les Clouds publics peuvent se présenter sous différentes formes (y compris les solutions de rechange vierges non virtualisées) et sont encore en évolution afin de convenir aux besoins des nouvelles applications plus particulières.

5. OpenStack gagnera en popularité en matière de Cloud public

Au cours des dernières années, les Clouds privés OpenStack ont été adoptés par certaines des plus grandes entreprises du monde telles que PayPal, Time Warner et BMW. En 2015, nous commencerons à voir plus de déploiements de Clouds publics OpenStack.

Pour les fournisseurs de Clouds publics, l’activité autour du Cloud privé observée au cours des dernières années a contribué à bâtir l’écosystème global OpenStack et a posé les fondements des mises en œuvre du Cloud public OpenStack maintenant répandues. Chaque Cloud privé OpenStack déployé représente un Cloud hybride à venir et une entreprise client qui appréciera l’interopérabilité qu’offre OpenStack. Avec des empreintes géographiques en pleine expansion, des fonctionnalités de classe d’entreprise et la capacité à avoir le libre choix du fournisseur, ces clients seront de plus en plus attirés par les Clouds publics OpenStack, de la même façon que les entreprises ont commencé à s’intéresser à Linux.

6. Les organisations craintives en matière de Cloud qui adoptent l’infrastructure Cloud pour la première fois connaîtront moins de problèmes de sécurité que prévu

Dans le Rapport du paysage des services Cloud d’Internap de 2014, nous avons constaté que 40 pour cent des organisations craintives en matière de Cloud (celles n’ayant pas encore adopté l’infrastructure Cloud) ont nommé la sécurité comme une préoccupation, tandis que 15 pour cent des organisations avant-gardistes (celles utilisant présentement l’infrastructure Cloud) ont mentionné la sécurité comme un défi auquel elles ont été confrontées. Alors qu’une partie des organisations craintives en matière de Cloud proviennent des industries sensibles à la sécurité, telles que les services financiers, les soins de la santé et le gouvernement, ces résultats indiquent que la majorité des organisations craintives en matière de Cloud surestiment peut-être les risques. Alors que plus d’entreprises adoptent l’infrastructure Cloud pour la première fois en 2015, nous nous attendons à ce que plusieurs d’entre elles connaissent moins de problèmes de sécurité que ce à quoi elles s’attendaient avant l’adoption.

Comments Off  | 
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas de votes)

Commentaires

Pas encore de commentaire.